*
Christian Lavigne










Christian Lavigne :
les secrets de la musique


Le nom de Christian Lavigne n'est sans doute pas très présent dans les mémoires de ceux qui aiment le jazz. Ce pianiste, en effet, a toujours été rare, ou plutôt d'une discrétion secrète, même au moment où il commença d'être reconnu, au milieu des années 70 d'un siècle que nous avons désormais quittés depuis plus de vingt ans. A cette époque Christian Lavigne jouait avec le groupe "progressiste", comme on disait alors, "Cossi Anatz" que Michel Marre avait créé sous un intitulé qui s'exprima parfois comme "jazz afro-occitan" ! Christian Lavigne est sans doute tellement habité par la musique qu'il n'a nul besoin de s'exprimer publiquement comme il aurait à coup sûr pu le faire tant son talent est immense. "Discrétion" et "secret", disions-nous : ils ont toujours été. Pour l'avoir connu dès les années soixante, sur les bancs du lycée pour tout dire, Christian était déjà, élève brillant, mais ami secret, d'une extrême réserve, pourtant joyeuse.

En écoutant aujourd'hui sa musique, celle du disque qui vient de paraître et qui porte le beau titre de "Mountain Spirits" (Vent du Sud / Les Allumés du Jazz), c'est sans doute ce que l'on percevra : la merveilleuse discrétion, les secrets aussi d'éclats intenses.

"Mountain Spirits" c'est une suite de quatorze titres, la plupart joués brièvement car il est bien possible que Christian se dise que l'insistance, en aucun cas n'est de mise. Et voilà qu'on entend des choses simples, comme on pourrait dire "naturelles". Mais elles s'expriment toujours avec une beauté pourtant inattendue, avec des phrases et des "mots", avec un langage que l'on comprend spontanément alors même qu'il est unique, déroutant, parcourant sans doute plus souvent qu'il n'y paraît, plus souvent qu'à son tour, des chemins de traverse. Le propos de Christian Lavigne n'est sans doute pas celui d'un message qui nous dirait ceci ou cela, ceci plutôt que cela. Sa musique est bien davantage que cela, elle est une poésie. Non pas celle d'une forme littéraire transposée dans l'univers du jazz, de la musique, mais celle qui désigne autant que les mots peuvent le faire, la création elle-même.

"Mountain Spirits", si l'on pouvait, si cela avait un sens, le rapprocher de l'écriture poétique elle-même, ce serait peut-être celle de Bonnefoy ou celle de Jaccottet. Mais pour se faire comprendre ou plutôt pour s'approcher au plus près des secrets qui assurément habitent ce grand musicien qu'est Christian Lavigne, on pourrait s'accorder mot à mot avec l'ultime phrase du texte de présentation de Xavier Prévost. On ne peut mieux dire que cela : "On ne se sent pas intrus, car ce poète bienveillant, toujours économe de son verbe, presque mutique, nous parle avec la musique. Il suffit de s'immerger, jusqu'à succomber à l'envoûtement." -

Michel Arcens  (Voir site)