*
Christian Lavigne



Flowing
Christian Lavigne Trio : (Dymusic 109) Lavigne (p), Michel Altier (cb), Eric Bretheau (dm).
Pernes-les-Fontaines - 13 et 14 avril 1999 






JAZZMAN (Juin 2000) Christian Lavigne fait partie de ces musiciens qui font peu parler d'eux, mais suivent leur chemin, patiemment et intelligemment. Enregistré aux désormais célèbres studios de La Buissonne, dans le Vaucluse, l'an passé, ce nouveau disque présente le pianiste en trio avec le contrebassiste Michel Altier et le batteur Eric Bretheau, sur un répertoire essentiellement original. On aime l'esprit de ces compositions, comme "Embruns et en bleu", ou l'éclaté "Zarblues", et l'on est assez séduit par la reprise du "Bird Food" d'Ornette Coleman (avec une belle partie d'Eric Bretheau). Les réminiscences de Bill Evans ("Ritournelle", où brille Michel Altier) ne pèsent pas trop, et le pianiste sait gérer la durée ("Il va bientôt faire nuit ")... Un beau disque.
Arnaud Merlin

MIDI LIBRE (Mai 2000) C. Lavigne, nouvelle étape
Dans notre région, on connaît bien le pianiste Christian Lavigne... Il est un excellent musicien. Lui aussi compositeur souvent, bien souvent éclairé. Avec le contrebassiste Michel Altier et le batteur Eric Bretheau, il vient de signer un nouveau disque présenté il y a quelques semaines à peine au JAM, à Montpellier, et
intitulé " Flowing ". Christian Lavigne est de toutes les aventures musicales, de toutes les étapes du jazz. On l'a sans doute connu dans une avantgarde courageuse, voire audacieuse. On l'entendra ici avec beaucoup de plaisir et de bonheur, empreint d'un lyrisme sans faille.
Michel Arcens

 


JAZZ MAGAZINE (Octobre 2000) DISQUE D'EMOI
Il avait émergé au sein de Cossi Anatz en compagnie de Michel Marre, Michel Benita, Jean-Marc Padovani, René Nan... Il a choisi de garder, lui, les pieds dans sa terre d'Oc. Et il lui aura fallu treize années pour graver un second album sous son nom, après " Monmaneki " enregistré en compagnie d'Henri Texier et Jacques Mahieux. Un disque en triangle isocèle, d'équilibre millimétré. Un art célébré du trio lorsque les angles s'adoucissent en chambre d'échos mesurés. Un art présent sous différentes facettes : de la ballade apaisante ("Il va bientôt faire nuit") au volume musical iodé en grandes séries de vagues d'accords main
gauche ("Embruns et en bleu") en passant par, au besoin, quelques sillons de blues... trituré de façon
monkienne. Lavigne aime le tempo moyen, idéal pour certaine forme d'expressionnisme. Pianiste du sud à l'instar des Tete Montoliu, Enrico Pieranunzi, voire Franco d'Andrea, il se régale au passage de notes épicées. Mais dans ce disque l'équilibre s'impose, pôles équidistants du trio obligent. Et s'il fallait dégager une autre caractéristique, le besoin de dépouillement, d'épure (mélodique), de notes ou phrases simplement éclairées, vient en tête de gondole. Avec, tout de même, une référence : "Se canto", chanson d'âme gasconne à laquelle le pianiste de Mèze a choisi de donner nerf et coeur. Un souffle de vent du sud ou peut-être de jazz du Midi, au sens où Camus se référant à René Char parla d'une " pensée de Midi ".
Robert Latxague